Cilento, terre de douces collines, couvertes d’oliviers frêne vert qui se reflète dans le bleu de la mer Tyrrhénienne et dans le même temps, la terre des morphologies très rugueux profondément encaissées par les cours d’eau animés, raie lune, forêts de châtaigniers et chênes, villages accrochés aux rochers ou se trouvant sur les banques. Peu imaginer qui déterminent cette fresque, composée de formes et de couleurs frappantes apparemment en contraste à la fois la double nature des roches géologiques qui composent le Cilento: celle de la «Flysch del Cilento », qui a son pic à la hydrogéographiques de quai Alento rivière et les principales montagnes de l’ouest du Cilento, comme le mont Centaurino (1433 m), et celle du « calcaire » qui composent le complexe intérieur montagneux (aubier Cervati) et le sud (Bulgheria, Monte Cocuzzo) du parc national Cilento et du Vallo di Diano. Les paysages qui en découlent peuvent être reconnus par les morphologies souvent douces et à l’arbre augmenté de présence de la Méditerranée.